Comment j'ai écrit un roman en 35 jours...

June 4, 2017

Mon premier roman, j'ai mis deux ans et demi pour l'écrire. Je manquais énormément d'expérience et aujourd'hui encore, j'y ajoute des corrections. Les deux qui suivirent, j'ai mis plus d'un an à les terminer, et le quatrième, j'y avais passé tout un été.

Aujourd'hui j'ai terminé l'écriture de mon cinquième roman La main de Daämas, et je l'ai fait en 35 jours... WTF ? Même moi, je n'aurai jamais cru ça possible!

 

Je tenais à faire un article là dessus, car l'écriture de ce dernier roman a été différente des autres et c'est une expérience fascinante. Attention! Quand je dis 35 jours, c'est 35 jours pour écrire le premier jet. Je vais passer tout l'été à faire les relectures et les corrections nécessaires.

Pour vous donner une idée, j'ai tapé le dernier mot de mon histoire début mai, et le livre sort en octobre, donc autant dire que je prends mon temps pour le peaufiner.

 

Mais comment ai-je pu écrire 120 pages A4 en un mois? Moi même, pendant l'écriture de mon roman, je n'en revenais pas... Pourtant c'est simple: L’immersion totale. Pendant 35 jours, j'étais dans l'histoire h24 et je parlais avec mes personnages à n'importe quel moment de la journée (et de la nuit) Pourtant, j'ai un boulot; j'en ai même deux. Je travaille 30h par semaine mais cela n'a pas suffit à ralentir mon rythme d'écriture. J'écrivais tout les midis pendant deux heures et le soir à partir de 20h jusqu'à... 1h où 2h du matin. Parfois jusqu'à 3h ou 4h le week-end.

 

 Quand je dis ça à mon entourage, les réactions les plus fréquentes sont: "Mais comment tu fais?" ou alors j'ai juste droit à un visage ébahi. Pourtant, la seule réponse qui me vient est: la passion. Pas forcément la passion de l'écriture, mais la passion de son histoire. Il faut vivre ses personnages, se couper du monde réel et se créer une nouvelle vie dans un monde imaginaire. Enfin, je dis "il faut"... non, ça doit être naturel. A aucun moment je me suis dit "aujourd'hui je vais penser h24 à mon histoire". C'est l'histoire qui s'empare de nous. Ce sont les personnages qui s'installent dans notre esprit et qui à tout moment nous surprennent par des dialogues ou des actions qui surgissent spontanément là, comme ça, quand nous sommes en pleine réunion avec notre patron.

C'est tout simplement l’excitation à la fin de la journée et l'irrésistible envie de découvrir le nouveau chapitre. Car oui, même si l'on a déjà écrit la trame et le résumé chapitre par chapitre, les personnages ne manquent jamais une occasion de nous surprendre et BIM! une situation qui se renverse et la contre-attaque des hippocampes! Bon là, je m'emballe...

 

Ce que je veux dire, c'est qu'écrire une histoire, c'est comme regarder notre série TV préférée. Tout les soirs, on a hâte de découvrir la suite et on enchaîne les épisodes jusqu'à ce que notre cerveau nous supplie de rejoindre le lit et de le laisser en paix. Mais même lorsqu'on rejoint notre oreiller, on continue de penser à la dernière scène et on s'imagine la suite jusqu'à ce que BIM on se réveille, il faut aller bosser. Alors on va bosser tout en pensant à ce que pourraient faire nos personnages, et dès qu'on a quelque minutes de pause on va immédiatement écrire la suite.

Voilà, c'est comme ça qu'une histoire nous prend les tripes pendant des jours et des jours et qu'elle nous rend dépendante de l'écriture. C'est comme ça qu'on devient associable et qu'au lieu d'aller boire un coup avec ses amis on préfère s'installer devant son bureau et traverser le portail intergalactique pour rejoindre corps et âme ses personnages.

 

 

Dans "Mémoire d'un métier" Stephen King a dit qu'un écrivain devait écrire au minimum 1000 mots par jour. Au début, ça me paraissait énorme, mais franchement... 1000 mots, c'est rien. Si nous sommes véritablement pris par notre histoire, on atteint les 3000 mots sans même sans rendre compte. Il a également dit que le premier jet d'un roman devait se faire en moins de trois mois. J'étais sceptique au début, mais il a raison.

 

Je vais vous donner un petit conseil avant de vous lancer dans l'écriture d'un roman: attendez avant de l'écrire. Ce qui fait toute l’excitation, c'est l'attente. J'ai écrit le résumé de La main de Daämas en 2015 et pourtant, je l'ai commencé là, en avril 2017. Ce qui veut dire que pendant deux ans, j'avais l'histoire en tête et je m'étais imaginé chaque scènes du début à la fin. Mais le fait d'attendre fait évoluer l'histoire avant même qu'elle soit écrite. J'ai pu rajouter des personnages qui n'étaient pas prévus, et surtout rajouter des scènes qui auraient manqué si je l'avais écrit tout de suite.

 

C'est comme lorsqu'on attend pendant plus d'un an la prochaine saison de sa série préférée. On attend, on attend, et lorsque le moment est venu, on se torche les épisodes en moins d'une semaine.

L'écriture c'est pareille. Il faut attendre jusqu'à ce que l’excitation devienne insupportable au point de se lever en plein milieu de la nuit pour commencer le premier chapitre. Et là... là c'est le début d'une grande aventure.

Et lorsqu'on écrit le dernier mot et qu'il faut dire adieu à ses personnages... c'est à la fois le soulagement d'avoir mis le point final et la tristesse de quitter sa famille imaginaire.

Bon, pour ma part, les adieux sont toujours des aux revoir car j'écris de la fantasy et tout mes romans se passent dans le même monde avec plus ou moins les mêmes persos. J'ai créé tout un univers et je sais que toute ma vie j'écrirai la suite des aventures de mes petits anges, démons et humains dégénérés. Actuellement je suis constamment entrain de penser à un de mes futurs romans "Le maître du néant". Sauf qu'entre temps il y aura deux autres romans... Ouais, mon gros défaut est que j'imagine plus vite que ce que j'écris, donc conclusion: une liste de sept romans à écrire et que j'écrirais coûte que coûte.

 

Voilà, sur ce, les épisodes de Dragon Ball vont bientôt commencer, alors il est temps de finir cet article.

 

Bizoux, bizoux

 

Lisa 

 

 

 

Please reload

A l'affiche

Devenez un personnage de mon prochain roman !

April 5, 2017

1/2
Please reload

Recent Posts

March 29, 2017

March 14, 2017

Please reload

Archive
Please reload

  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Un jour je suis née, depuis j'improvise.

L.P

Site officiel

  • w-facebook
  • w-tbird